Pour votre information, nous utilisons des cookies nécessaires au fonctionnement de notre site.

Le concours édition 2018

Vous êtes diplômé(e) d’un CAP de Boulanger ou de Pâtissier ou en activité depuis plus de trois ans, et vous souhaitez vous installer pour la première fois en boulangerie artisanale ?

Inscrivez-vous au Concours des Jeunes Entrepreneurs (CJE) ! Ce concours est un évènement exceptionnel et annuel créé en 2003 par Grands Moulins de Paris et l’Ecole de Boulangerie et de Pâtisserie de Paris. 60 000€ de dotations à gagner ! 

Pourquoi participer au
concours ?

Pour construire son projet professionnel
-

Quel est votre projet ? Avec qui souhaitez-vous le monter ? Où voulez-vous vous installer ? Sur quel type d’affaire ?… Autant d’exemples de questions que vous vous poserez en préparant ce concours.

Pour valoriser son profil auprès des banques
-

Participer au CJE demande de murir son projet, d’accepter la compétition, de partager son expérience ce qui valorisera votre côté entrepreneur et professionnel auprès des banques.

Pour vivre
une expérience unique
-

Durant 2 jours et à Paris, le CJE regroupe les candidats sélectionnés aux présélections régionales. Deux jours intenses dans une école prestigieuse durant lesquels vous vivrez une expérience unique.

Un concours en 3 étapes

1Sélection régionale

Suite à l’envoi du dossier de candidature, les candidats sont conviés à une sélection régionale au cours de laquelle ils sont soumis à 2 épreuves :

  • Epreuve orale de motivation
  • Epreuve technique (QCM)

2Rédaction d’un dossier de motivation

Les candidats retenus suite aux sélections doivent adresser un dossier (10 pages maximum) détaillant leurs motivations, leur parcours professionnel et présentant leur projet d’un point de vue technique (outils spécifiques, mises en œuvre…), commercial (gammes spécifiques, positionnement…) et financier (type d’affaire, masse salariale…).

3Finale

Sous réserve de la réception du dossier de motivation dans le délai imparti les candidats accèdent à la finale à Paris. La finale se compose de 3 épreuves :

  • Epreuve orale : soutenance du projet
    Evaluation de la solidité du projet
    Evaluation des aptitudes commerciales
    Evaluation des connaissances en gestion
  • Epreuve technique : fabrication de produits représentatifs d’une boulangerie artisanale
    Evaluation du savoir-faire professionnel
  • Epreuve commerciale : mise en avant des produits fabriqués
    Evaluation du savoir-faire commercial (argument de vente)
    Evaluation du savoir-faire merchandising (mise en valeur des produits)
    Evaluation de la qualité des produits (aspect visuel et dégustation)

Critères de

participation

  • Être âgé(e) au minimum de 18 ans à la date de l’inscription au concours.
  • Être titulaire au minimum d’un CAP de Boulanger ou de Pâtissier ou justifier d’une expérience professionnelle en boulangerie pâtisserie d’au minimum 3 ans.
  • Être réellement motivé(e) par la perspective d’une première installation en boulangerie artisanale.
  • Une personne peut porter sa candidature soit à titre individuel soit en couple avec une personne de son entourage (époux(se), ami(e), associé(e)).

Dotations

L’enjeu est motivant car il récompense les 3 meilleurs candidats du concours avec des dotations allant de 10 000 € à 30 000 €. Un beau tremplin pour monter le plan de financement d’une première installation !

  • 1er prix : 30 000 €
  • 2ème prix : 20 000 €
  • 3ème prix : 10 000 €

Édition 2019

Rendez-vous dès le mois de mai 2019 pour l’ouverture des inscriptions ! Le calendrier complet de l’édition 2019 sera prochainement affiché ici.

Les Lauréats 2018

1er Nicolas Ledemé et Marie Roire

Nicolas Ledemé et Marie Roire, 28 ans et 30 ans, venus du Sud-Est, sont les grands gagnants de ce concours. Ils arrivent à la 1ère place et remportent ainsi 30.000€ pour les aider à s’installer dans leur première boulangerie.

2e Cyril Charvolin et Karen Fontanière

Cyril Charvolin 35 ans et Karen Fontanière 34 ans venant du Sud-Est remportent le deuxième prix et la somme de 20 000 €

3e Yoann et Emilie Hirtz

Le couple de 30 ans arrive à la 3ème place et remporte ainsi 10 000€.

1er Renaud Rondeau et Irina Luce

Renaud a 20 ans d’expériences dans la boulangerie-pâtisserie et Irina, 15 ans d’expérience dans le commerce et les métiers de bouche. Ils ont remporté 30 000€ pour leur projet d’installation dans le Sud-Est !

"Le CJE est un formidable tremplin dans cette aventure incroyable qu’est la création de cette boulangerie"

2e Alexandre Garand et Caroline Wolpert

Avec 11 ans d’expérience dans les métiers de bouche pour Alexandre, et différentes formations dont un CAP Pâtisserie pour Caroline, ils ont remporté 20 000€.

"Nous sommes de grands compétiteurs et participer au concours des jeunes entrepreneurs est un réel challenge"

3e Clément Champion et Elodie Lainé

Ambitieux et passionnés, ils ont remporté 10 000€ pour réaliser leur projet : devenir propriétaires. Clément à obtenu son CAP pâtissier, une mention complémentaire, et un BTM, et souhaite s’installer prochainement avec Elodie.

"Si nous n’avions pas confiance, alors nous n’aurions pas pris le risque de nous présenter à ce concours"

3e Anthony Setter et Tatiana Weis

Tous deux amoureux de la boulangerie-pâtisserie, ils veulent relever le défi et s’investir entièrement dans une affaire qui leur appartient et leur ressemble. Arrivés 3ème ex-aequo, ils ont remporté 10 000€ !

"Plus nous avançons dans cette aventure, plus l’envie d’ouvrir notre entreprise grandit."

Que sont-ils devenus ?

Alexandre et Aurélie VELTER

2ième place au CJE 2015
Installés à Saint Amé (88)

Qu’est-ce qui vous a décidé à participer au CJE ?

Je souhaitais me challenger en passant le  Concours. des Jeunes Entrepreneurs en Boulangerie et évaluer mes compétences. C’était aussi une belle opportunité pour  financer mon projet.

Qu’est-ce que participer au concours vous a apporté ?

J’ai gagné en confiance pour tout ce qui a attrait aux démarches bancaires et pour me lancer dans mon projet. Le gain remporté a également représenté un complément financier non négligeable pour le projet bancaire.

Où en êtes-vous aujourd’hui ?

Depuis le 08 août dernier, je me suis installé à Saint Amé (88) et suis très heureux. Le nombre de caisses quotidiennes a été multipliés par 2 par rapport à mon prédécesseur.

Si c’était à refaire, le referiez-vous ? que changeriez-vous ?

Aucun regret ! Je le referais volontiers !

Quels conseils donneriez-vous aux futurs participants ?

Il faut profiter de l’instant et rester naturel. Et surtout, écouter tous les conseils donnés car ils vous seront très utiles pour la suite.

Jacques et Sandie BRASSART

1ère place au CJE 2016
Installés à Locon (62)

Qu’est-ce qui vous a décidé à participer au CJE ?

Je souhaitais me situer par rapport à mon savoir-faire, avoir conscience de mes réelles capacités et me dire « Suis-je vraiment capable d’aller jusqu’au bout et remporter un prix ? ». L’argent a également été un argument important. Nous étions jusque-là dans l’incapacité de réaliser notre rêve d’installation à cause de l’éternel problème d’apport.

Qu’est-ce que participer au concours vous a apporté ?

Ce fût une excellente expérience professionnelle faite de rencontres, d’échanges avec des passionnés comme moi et de partages d’idées  et  connaissances. J’ai appris beaucoup de choses et le CJE a été l’occasion de me remettre en question.

Où en êtes-vous aujourd’hui ?

L’ installation était devenue un rêve, et la création, une utopie ! Grâce au CJE et au bout de 16 mois, nous avons réussi à réaliser notre rêve ultime, celui d’ouvrir notre création à LOCON (62) le 19 septembre dernier. Le démarrage fût surprenant et intense. 570 clients ont franchi notre porte et nous avons vendu 438 baguettes dont 114 Campaillette « Grand siècle », 480 viennoiseries réalisant 2200€ de chiffre d’affaires. Personne n’aurait pensé qu’il y aurait eu autant de mobilisation de la part des consommateurs.

Si c’était à refaire, le referiez-vous ? Que changeriez-vous ?

Avec des si, on pourrait refaire pas mal de choses  mais j’avoue être relativement fier de notre projet dans sa globalité. Je le referais donc depuis le début. Toutes les étapes de la création nous rendent nettement plus professionnels.

Quels conseils donneriez-vous aux futurs participants ?

Pour avoir participé deux fois au CJE en 2007 (avec une 5ème place) puis en 2016 où nos avons été lauréats, je dirais qu’il ne faut surtout pas arriver gagnant. L’envie de remporter un prix pour l’installation doit être un moteur, surtout si comme nous c’était un rêve. Il ne faut  lésiner sur aucun détail, les trois épreuves sont toutes aussi importantes les unes que les autres. Pour être un bon chef d’entreprise, il ne suffit pas seulement d’être un bon boulanger, il faut aussi être un bon gestionnaire, visionnaire, et manager !

Ulrich PARIS et Stéphanie REYNET

5ème place (ex aequo) au CJE édition 2016
Installés à Brienon-sur-Armançon (89)

Qu’est-ce qui vous a décidé à participer au CJE ?                                                                

Nous avions déjà participé au CJE l’année passée mais n’avions pas de réel projet. Bien préparés, nous avons retenté notre chance cette année pour ne pas rester sur une impression d’inachevé. Les dotations de 5000 à 20000 €  sont un vrai plus pour débuter une activité.

Qu’est-ce que participer au concours vous a apporté ?                                                      

Nous avons été mis dans la peau d’un chef d’entreprise. Nous avons dû défendre notre projet pas seulement sur le métier en lui-même mais aussi sur l’aspect comptable et ressources humaines. Bien évidemment, le CJE nous a également permis de remporter 5000€ grâce auxquels nous avons pu investir dans du matériel. Cependant, l’aventure ne s’arrête pas là puisque nous sommes toujours suivi par Grands Moulins de Paris auxquels nous disons merci.

Où en êtes-vous aujourd’hui ?                                                                                                      

Nous avons ouvert notre première boulangerie Le Saint-Honoré dans l’Yonne à Brienon-sur-Armançon (89210). Nous souhaitons nous investir dans la vie de la commune et transmettre notre passion pour le travail bien fait.

Si c’était à refaire, le referiez-vous ?                                                                                          

Sans hésitation car ce concours est une expérience humaine dont nous sommes sortis grandis. Nous avons beaucoup échangé avec les autres candidats que ce soit sur des techniques ou des spécificités régionales.

Quels conseils donneriez-vous aux futurs participants ?                                                      

Il faut être combatif et toujours chercher à faire mieux car un chef d’entreprise est un leader. Il porte un projet et le défend. Il faut aussi bien se préparer en amont du concours. Dans notre cas, nous avons commencé à travailler sur notre projet un an avant le concours.

Laura et Alexis ROUGES

1ère place du CJE édition 2012
Installés à Paris 17ème (75)

Qu’est-ce qui vous a décidé à participer au CJE ?
Nous avions un projet d’ouverture et notre financement n’était pas suffisant, nous savions qu’avec le CJE nous avions l’opportunité de régler ce point.
Nous voulions aussi un regard extérieur et professionnel sur notre projet et savions qu’à travers ce concours nous allions rencontrer des professionnels de la boulangerie.

Qu’est-ce que participer au concours vous a apporté ?
De l’assurance, un discours et une présentation claire de notre projet en banque.
De belles rencontres ; nous sommes restés en contact avec certains participants et nous nous voyons quand nos plannings nous le permettent.

Où en êtes-vous aujourd’hui ?
Nous sommes donc installés depuis 3 ans, avons commencé à 5 salariés, sommes aujourd’hui 10 et enregistrons une progression de 40 % de notre CA

Si c’était à refaire, le referiez-vous ?
Sans hésiter !

Quels conseils donneriez-vous aux futurs participants ?
De ne pas minimiser le concours car c’est une réelle chance de booster son projet! Cela passe par du sérieux, une présentation pro car les jurys sont de réels professionnels que l’on recroise dans une carrière.
De ne pas tout miser sur la production car pour notre part, nous avons gagné grâce à notre approche commerciale, notre table de mise en avant produits et l’oral.

Thomas COHU et Marie DESMARAIS

2ème place au CJE édition 2014
Installés à Dieppe (76)

Qu’est-ce qui vous a décidé à participer au CJE ?
Ce sont les personnes qui nous entourent qui nous ont poussé à nous installer !
Mr Renaud, l’ancien patron de Thomas, et Hélène Boulard (commerciale GMP), sachant que Thomas souhaitait s’installer nous avaient parlé du CJE. De mon côté, j’étais plus craintive. Fille de commerçants, je savais le métier difficile, nécessitant beaucoup de concessions. Mais Thomas m’a convaincue, et j’ai décidé de le suivre dans cette aventure.

Qu’est-ce que participer au concours vous a apporté ?
De la confiance en nous ! Participer au concours nous a montré que notre projet était viable, que nos idées étaient les bonnes et que nous pouvions les utiliser dans notre future boulangerie.
Le CJE, c’est du concret, ça nous a appris à défendre notre projet vis-à-vis des banquiers, comptables, prestataires… C’est aussi une expérience riche de rencontres avec d’autres candidats, et aussi avec les personnes de GMP, ils nous apportent un vrai soutien. On est fiers d’être arrivés en 2ème place, mais même si cela n’avait pas été le cas, le concours nous aurait appris à faire face !

Où en êtes-vous aujourd’hui ?
Installés depuis août 2015, on est en plein développement ! Nous avions plein d’idées qui deviennent réalité comme le fait d’avoir embauché des employés, d’avoir constitué une vraie équipe avec nous : 1 apprenti, 1 vendeuse, 1 pâtissier.
D’ici quelques semaines aura lieu l’inauguration de notre nouvelle façade aux couleurs de Campaillette, c’est une belle réussite.
Notre activité de glacerie artisanale sera lancée pour l’été, 2 apprentis seront recrutés pour l’occasion. Et puis,rien n’est encore fait , mais on envisage de s’agrandir , avec peut être un projet de rachat du local voisin…

Si c’était à refaire, le referiez-vous ?
Oui, nous referions tout de la même façon ! On a vécu que des choses positives, des rencontres qui nous ont guidées pour mener le projet. Le CJE nous a permis de vivre des choses incroyables, nous sommes jeunes (23 et 25 ans), et heureux d’avoir déjà une belle boulangerie en centre-ville de Dieppe, du personnel, tout va bien. C’est un peu comme un bébé, il faut penser à tout, tout préparer, mais on ne sait pas comment ça va se passer à l’arrivée… mais finalement on a aucun regret, c’est un beau projet de vie ça vaut vraiment le coup !

Quels conseils donneriez-vous aux futurs participants ?
Allez-y, ne vous posez pas trop de questions ! Il y a que des bonnes choses à prendre. Même si vous n’êtes pas finaliste, il faut prendre toute l’expérience du concours et des professionnels qui vous entourent.
Préparez-vous au maximum, au mieux, donnez-vous à fond, donnez tout pour réussir car vous n’avez rien à perdre, vous avez tout à prendre !

Presse

Pour avoir plus d’informations sur le Concours et sur l’édition 2018, n’hésitez pas à nous contacter en utilisant le formulaire de contact.

Partenaires

Pour tout renseignement, appelez le 0 811 659 009 (0,06€ par minute + prix d'un appel local à partir d'un poste fixe)

Transaction Boulangerie
Ecole de Boulangerie et de Pâtisserie - Paris
Fiducial
Vivescia

Contactez-nous

Par téléphone au 0 811 659 009 ou complétez le formulaire pour être contacté dans les plus brefs délais.

En cours...

Votre demande a bien été enregistrée.
Un e-mail de confirmation vient de vous être envoyé.

Votre session a expiré.

Veuillez vous re-connecter pour terminer la saisie de votre dossier de candidature.

Connectez-vous